Okra le chat

 

 

 

OKRA LE CHAT

Conte africain

 

 

 

 

Il était une fois un pauvre femme qui avait le malheur de perdre tous les enfants qu'elle mettait au monde. Elle alla consulter un oracle et lui parla de son grand désir d'avoir un fils. Il fut t ouché et lui dit:

      -Je vais te donner un fils; il ne fera que te demander de l'argent, mais sois sans crainte, à la fin, tu seras largement payée en retour.

Peu de temps aprés, la femme donna le jour à un petit garçon, nommé Akou, qui poussa rapidement comme une belle plante.

Un jour, il dit à sa mère:"Maman, donne moi un peu de poudre d'or pour que je puisse aller acheter du sel au PAys du bord de la mer."

       -Combien veux-tu?"lui demanda sa mère.

       -Un asuanu me suffit,dit-il.

En chemin, le garçon rencontra un homme qui avait à ses côtés un trés beau chien. "Je voudrais acheter votre chien", lui dit-il.

    -Tu ne pourras pas l'acheter! répondit l'homme.

    -Et pourquoi donc? Combien en voulez-vous?

    - J'en veux un asuanu de poudre d'or!

    -D'accord! dit-il en lui tendant la poudre d'or. Puis il prit le chien et repartit  chez sa mère. Quand elle le vit, sa mère cria:

    - Mais pourquoi n'es-tu pas allé acheter du sel comme tu me l'avais dit?

    - Parce qu'à la place j'ai acheté un chien!

    - Pauvre de nous! dit la mére.

Une lune passa. Et le garçon dit à sa mère:" Donne moi un peu de poudre d'or , je veux aller au marché."

    - Il n'en est pas question! dit fermement sa mère. Tu vas encore acheter n'importe quoi. Puis elle se radoucit: " Bon , bon, combien veux-tu?"

   - Un asuanu et un sunu de poudre me suffiront.

Et le garçon se mit en direction du marché. Il rencontra un homme qui tenait un petit chat dans ses bras et lui dit:

    -Monsieur montrez-moi votre petit chat, je voudrais vous l'acheter.

    - Il n'est pas à vendre, répliqua l'homme. Si je m'en sépare, les rats viendront me mordre les pieds pendant la nuit!

    - Je vous en supplie, monsieur, vendez-le moi!

    - Mais tu en pourras pas me l'acheter! dit l'homme.

    - Pourquoi? Combien en voulez-vous?

    -Un asuanu et un sunu de poudre d'or.

    - Les voilà tout juste!

Il lui donna la poudre d'or, prit le petit chat et rentra chez sa mère.

   - On me l'avait bien prédit! se lamenta la femme.

Un autre mois passa et le garçon demanda à sa mère encore un peu de poudre d'or.

   - Voila tous ce qui me reste, un asuasa, dit la mère. Prends-en grand soin, achète quelque chose d'utile pour la maison!

De bon matin, le garçon prit sa besace et se mit en route. Chemin faisant, il rencontra un homme qui avait un pigeon perché sur l'épaule.

    - Monsieur, s'il vous plait, montrez-moi de plus prés votre pigeon, car je voudrais l'acheter.

    - As-tu de l'argent? demanda l'homme.

   - Combien en voulez-vous?

   - Un asuasa de poudre d'or.

    - C'est tout juste ce que j'ai! dit le garçon en lui donnant la poudre d'or. Puis il rentra chez sa mère avec le pigeon.

   - Qu'es-ce que tu as encore acheté? se lamenta la mère. Quand seras-tu enfin raisonnable?

Un beau matin, le pigeon appela le garçon et lui dit:

   - Dans mon village, je suis le chef. Un méchant homme m'a enlevé et toi, par bonté d'âme, tu m'as acheté. Je te supplie de me ramener dans mon village. Mon peuple t'en seras infiniment reconnaissant.

Mais le garçon répondit:

    - Tu me raconteras des mensonges! Car tous ce que tu veux, c'est t'échapper de ma maison!

    - Si tu ne me crois pas, dit le pigeon, prends une cordelette et attache-la à ma patte. Et puis emmène moi dans mon village, je t'en prie!

Quand ils arrivèrent au village, les enfants s'arrêtèrent de jouer et allèrent vite avertir les plus âgés que leur chef était de retour. Tous les habitants du village furent mis au courant de l'aventure: leur chaf avait été capturé par un méchant homme et ce jeune garçon, par pure bonté d'âme, l'avait acheté pour le délivrer. Il le ramenait au village. Tous, jeunes et vieux, vinrent à la rencontre de leur chef et remercièrent le garçon.

   

                                                     

La reine mère lui donna un vase rempli de poudre d'or; les plus respectables habitants du village firent de même. Le pigeon lui passa un anneau d'or au doigt en lui disant:

   - Prends cet anneau. Tous ce que tu désires, cet anneau te le donneras aussitôt.

Le garçon s'en retourna chez lui et montra à sa mère tous les magnifiques présents qu'il avait reçus, les vases remplis de poudre d'or et l'anneau du pigeon. Sa mère qui l'avait acceuilli avec des lamentations lors de ces précédentes escapades, se mit à crier de joie:

   - Sois le bienvenue, mon petit Akou.

   - Je vais construire un grand village dans lequel nous irons vivre, dit le garçon.

Il s'en alla dans la forêt, enleva l'anneau de son doigt et le posa sur le sol en disant:" Petit anneau, débarasse-moi de ces fourrés et de ces buissons dans tout cet espace là", et bientôt, tout fut dégagé comme par miracle.

Puis il dit:

    - Fais apparaître des maisons! et l'anneau exécuta son ordre.

Et enfin:

   - Fais que les gens viennent habiter dans ces maisons, et les gens arrivèrent .

Akou nomma sa mère reine mère et devint le chef du village.

Un de ses vieux amis, Ananse dit l'Araignéee, vint le trouver. Il voulait absolument savoir d'ou venait toute cette richesse et Akou lui raconta sona venture. Ananse retourna dans son village et dit à son neveu:

   - Va vite au village tout neuf de mon ami, porte lui ce bon vin blanc et obéis à tout ce qu'il te demande. Quand personne ne te verra, empare toi de son anneau.

Akou fut trés heureux de cette visite." Reste au moins 3 bon jours avec moi, avant de t'en retourner", lui dit-il gentiment.

Un jour qu'il était allé se baigner, il enleva l'anneau de son doigt. Aussitôt le neveu s'en empara et courut le porter à son oncle Ananse dit l'Araignée. Grâce à cet anneau magique, il fit construire lui aussi un énorme village.

Ne trouvant plus son anneau et voyant qu'Ananse avait fait construire un village beaucoup plus grand que le sien , Akou alla consulter l'oracle qui lui apprit toute la vérité sur l'affaire. De son côté, Ananse alla aussi consulter l'oracle qui lui révéla qu'Okra le Chat et Okraman le Chien seraient chargés de récupérer l'anneau. Il se procura aussitôt un poison qu'il mélangea à la viande destinée au chat et au chien. Il placerait cette viande sur leur route et les deux animaux seraient paralysés des la première bouchée.

Akou dit au chat Okra et au chien Okraman:

   - Mes amis, le moment est venu de vous révéler pour quelle raisons je vous ai achetés. J'ai égaré mon anneau, je sais que l'Araignée s'en est emparé; il l'a caché chez dans un coffret. Faites bien attention: il a mis du poison dans la viande qu'il a préparé pour vous. Ne la touchez surtout pas.

Le chien dit au chat:"Je parie que toi, tu mangeras la viande!"

    - Quand il y a une bêtise à faire, tu es toujours le premier! lui répondit le chat.

Ils n'arrêtaient pas de se disputer. A la fin notre garçon se fâcha:

    - Assez discuté! Dépêchez-vous!

Les deux animaux se mirent en route et arrivèrent ou l'Araignée avait placé la viande empoisonnée.

   - Je suis épuisé. Je m'arrête dit le chien.

Mais le chat le secoua:" Allons, allons, du courage! Nous avons une mission a remplir"!

Le chien gémit:"Je t'assure je suisà bout de forces."

Alors le chat continua sa route tout seul, pendant que le chien se précipitait sur la viande. Il l'engloutit en une bouchée et fut aussitôt paralysé. Le chat arriva au village d'Ananse dit l'Araignée et se glissa dans sa chambre. Il attendit patiemment; puis il aperçut un rat et lui sauta dessus.

    - Ne me mange pas, bon chat, je t'en prie! fit le rat.

    - Si tu veut avoir la vie sauve, trouve-moi vite l'anneau de mon maître. Il est caché dans un coffret, je ne sais lequel. A toi de te débrouiller!

    - J'y cours! dit le rat.

    - Une minute! dit le chat. Qui me dit que tu ne vas pas en profiter pour te sauver?

   - Fais moi confiance et tu verras! répondit le rat.

Le rat, accompagné du chat, se dirigea vers les coffrets. De ses petites dents, il fit un trou juste dans le bon coffret, attrapa l'anneau et le donna au chat. Celui-ci s'enfuit avec l'anneau et retourna sur le chemin ou il avait laissé le chien. Ce dernier n'avait pas bougé d'un pouce.

    - Comment , tu es encore là! dit le chat. Mais ou est passé la viande?

    - Quelqu'un l'aura mangé.

    - Je me demande qui cela peut-être! dit le chat en riant.

    - Il paraît que le fleuve que nous devons traverser est prêt à déborder, dit le chien. Toi, tu passes les cours d'eau en marchant sur des troncs d'arbres. Si tu gardes l'anneau, cela va t'alourdir. Moi, je suis un excellent nageur, cela ne me gênera pas du tout. Donne-le-moi.

   - D'accord, dit le chat. Mais fais-y bien attention.

Ils arrivèrent bientôt au bord du fleuve. Le chat passa avec agilité de trocs d'arbres en branches mortes et arriva le premier de l'autre côté du fleuve. Le chien,en plein milieu se sentit fatigué. Il ouvrit la gueule pour reprendre son souffle....et l'anneau tomba!

Quand il atteignit l'autre rive, le chat lui demanda:"Mais ou-es donc 'anneau?"

    - Il a glissé et il est tombé dans l'eau.

   - Glissé? Mais comment? cria le chat. Il se précipita vers le fleuve et aperçut un gros poisson. Il lui fit signe.

   - Que me veux-tu? demanda le poisson.

    - Je viens de laisser tomber un anneau dans l'eau, dit le chat. Si tu tiens à la vie, dépêche-toi de me le trouver! Sinon, gare à toi! dit le chat.

   - C'est bon, c'es bon, le voici! dit le poisson.

Il ouvrit la bouche: un flot d'eau s'en échappa et l'anneau roula au bord du fleuve. Le chat le prit et s'en alla le montrer au chien.

   - Mon cher et vieil ami, dit vivement le chien, je t'en prie, quand nous serons à la maison, ne raconte pas à notre maître ce qui s'est passé.

Tous les villageois étaient heureux que leur maître ait retrouvé l'anneau magique. Ils voulurent tout savoir, dans le moindre détail, sur la mission du chat et du chien. Le chien dut avouer qu'il avait englouti la viande et qu'il était resté paralysé sur place; qu'il avait voulu porter l'anneau de l'autre côté du fleuve et l'avait laissé tomber dans l'eau, car il n'était pas aussi bon nageur qu'il voulait le faire croire.

Tous les villageois s'écrièrent en choeur:" Vive le chat! Pour Okra, hip,hip,hip,hourrah!"

Akou dit alors:

    - Mon cher chat, je te promets à l'avenir de te donner les meilleurs morceaux de mes repas. Tu dormiras toujours à mes côtés, dans tous les lits ou je me coucherai. Quand à toi, le chien, tu seras chargé de souffler sur les braises quand viendra le froid de l'hiver.

Et voilà pourquoi, depuis ce jour, on voit souvent les petits chats dormir dans les meilleurs fauteuils de la maison et mangerdes mets délicats. Bien au contraire, les chiens restent dehors, souvent attachés apr une chaîne. Ils dorment dans la cour des maisons prés des cendres et on les entend aboyer dans la nuit.

Tout cela parce qu'un jour le chat et le chien ont rempli, chacun à leur manière, la mission qui leur avait été confiée.......

 

 

 

 

END

 

 

  

2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site